Harry Potter et les reliques de la mort est réussi. C'est un miracle.

Publié le par Sarah

 i-love-dobby-final-copie-1.jpg

 


Mes biens chères sœurs, mes biens chers frères, je viens vous annoncer un miracle. L’impossible est arrivé. Harry Potter et les reliques de la mort (1er partie) est réussi ! Non, non, ne riez pas. Je sais bien que ma parole n’est pas aisée à croire et pourtant, je l’ai vu de mes propres yeux, moi la plus septique, la plus exigeante d’entre nous. Après de nombreuses et cruelles déceptions, ils ont compris, vous m’avez bien lu : ils ont compris. Ils ont enfin vu cette ombre terrifiante hanter les mots de J.K Rowling ; le sang, la peur, la violence et la douleur.


Pourtant, je n’y croyais pas. Je pensais qu’une fois de plus les voir massacrer un épisode avec ce besoin de s’adresser aux plus jeunes en masquant cette ambiance tragique, pesante qui habite les derniers livres et ses protagonistes, tout en y ajoutant des scènes futiles. Ils ont ouvert les yeux, les tomes six et sept ne s’adressent plus aux enfants.


C’est le cœur rempli de doutes et avec un plaisir latent de pouvoir le critiquer à la sortie que je me suis installée dans une salle obscure ce matin. Une reine de glace qui a fondu dès les premières minutes. Il n’était plus question de rire, la guerre a commencé, les premières pertes nous ébranlent et en particulier le sacrifice d’Hermione, si symbolique à l’ouvrage.


Le temps de l’enfance, Poudlard est bien loin et c’est entouré d’un voile funeste que nos héros initient la quête des Horcruxes . Pour la première fois, depuis Le prisonnier d’Azkaban, les mots de l’auteur apparaissent avec ardeur et respect à l’écran, grâce aux décisions scénaristiques judicieuses. Ils ont enfin compris qu’ils pouvaient se fier, se reposer à l’intrigue qui coule des pages. Mise à part, une scène risible et inutile (les mauvaises habitudes), le film parvient à nous délivrer une intrigue intense, des scènes d’actions jouissives, des dialogues parfois croustillants, une gestion du temps assez remarquable alors que c’est l’un des défauts du livre et même quelques instants épiques. Epique, vous m’avez toujours bien lu. Je me permets de dédicacer ce terme au héros véritable de cette première partie : L’Elfe libre Dobby. I love Dobby.


J’imagine facilement vos craintes. Je peux essayer d’y répondre en vous parlant de mes quelques larmichettes que j’ai versés. Non, pas par dépit, mais portée par l’émotion amenée par les conflits intérieurs des personnages qui sont mis en lumière avec une subtilité qui a souvent fait défaut aux précédents films.  Je n’en reviens pas d’associer ce mot à un film de la saga Harry Potter.


Je compte vous surprendre davantage, en osant vous dire que David Yates, le réalisateur depuis L’ordre du Phénix, qui n’y avait pas vraiment brillé artistiquement, nous livre une prestation plus qu’honorable. Puis, il y a le travail de la lumière qui insuffle une atmosphère, cette part d’ombre qui m’a toujours manqué dans Le prince de Sang Mêlé. Après, une petite recherche, le directeur de la photographie est Eduardo Serra, deux fois oscarisés (La jeune fille à la perle)  et première fois sur le film. Vous rencontrerez aussi une vraie surprise sur le plan esthétique au cours de l’histoire, mais je ne veux pas trop vous en dire, c’est tellement agréable de se faire surprendre.


Et c’est toujours avec le même plaisir que j’ai retrouvé ces protagonistes habités par ces talentueux acteurs et ces décors soignés, riches de détails, surtout que pour la première fois l’intrigue ne se déroule pas au sein de Poudlard. Un plan de fin du monde m’a glacé le sang.


Je n’hurle pas au chef d’œuvre du septième art, toutefois c’est avec beaucoup de surprise et  un énorme plaisir que je vous annonce que Harry Potter et les reliques de la mort 1er partie est une réussite. Je ne peux qu’inviter tous les déçus des films, dont je faisais partie, à se rendre dans les salles obscures afin d’apprécier l’amélioration. Je suis certaine que vous aurez une bonne surprise. Pour la première fois, J.K Rowling est co-productrice du film, peux être une explication plausible à ce changement.  


Maintenant, débute une tâche ardue pour moi, patienter jusqu’à juillet pour découvrir la fin.  


Sarah.

Commenter cet article

Mademoiselle Coquelicot 30/11/2010 21:14



Je ne suis pas allée le voir et je n'irais pas ... C'est pas le genre de film qui me botte :(



Sarah 01/12/2010 14:23



Il y a de nombreux films à voir en ce moment, tu trouveras ton bonheur sans problème !



Audrey 25/11/2010 20:18



Ah cool, car moi ce qui me manque vachement dans les films, c'est cette profondeur, ces détails coupés dans les films mais qui font partie de l'intrigue de l'histoire et ont leur importance...


Même si j'aime bien les films car c'est un bon divertissement, avec des effets spéciaux que je trouve réussi, je les trouve relativement plat par rapport aux livres (bon en même temps, je suis
une éternelle insatisfaite des films réalisés d'après les livres... je préfère cent fois lire le bouquin, avec tous ses détails, le style de l'écrivain, l'ambiance etc qui font la trâme et le
charme de l'histoire) donc si ce 1er opus des der' des der' de Harry Potter est plus réussi, je pense que j'irais le voir :D !



Sarah 25/11/2010 21:09



Chère Audrey,


Tu parles à une amoureuse des livres, à une convaincu j'ai envie de te dire. Et pour faire simple, non le film n'est pas aussi bien que le livre. En même temps est-ce possible ? En tout cas son
adaptation est meilleure.



fanny 24/11/2010 21:08



tu m'as convaincue ! je vais tenter alors...les derniers n'étaient pas géniaux mais comme je n'ai jamais accroché aux bouquins, je suis moins déçue



Sarah 24/11/2010 23:36



Alors que je suis amoureuse des livres. Lu et relu de nombreuses fois, en français et anglais. C'est pour cela que j'attends beaucoup des livres.