Il est temps d’affronter ses jambes…et ses poils.

Publié le par Sarah

 

2417530167_1.jpg

 

Le soleil fait son grand retour et pour éviter de mourir de chaud j’ai laissé tomber les collants. Choix stratégique qui implique une crise majeure. Pendant tout l’hiver tu as le luxe de cacher tes jambes, de les oublier complètement derrière le noir opaque du tissu.


Hier matin j’ai dû faire face à ces deux choses, me les réapproprier : Ces deux jambons en mode choubaka ce sont mes jambes ! Qu’est-ce que je vais bien pouvoir en faire, sinon ouvrir une charcuterie et nourrir l’Afrique.


Que voulez-vous mère nature, cette traitresse, n’a pas daigné me donner 1m15 de jambes galbées à la peau parfaitement photoshopées. Et si je veux porter ma petite robe sans effrayer les enfants ou rendre aveugle les hommes, il va bien falloir que je lance le chantier en commençant par l’étape épilation.


Adieu pelage hivernal et bonjour copain rasoir :


-« On se fait la bise ? »

-« Comment vas-tu depuis…heu…heu…tu sais l’autre jour ? »

-« Mais, non je ne te faisais pas la gueule. »

-« Je ne t’ai pas abandonné, non plus »

-« Commence pas à me prendre la tête, je ne suis qu’une célibataire fainéante qui ne va pas assez à la piscine. Alors, arrêtes de parler et passes à l’action. »


Après une bonne demi-heure de dur labeur je redécouvre avec stupeur ma peau. Snif, snif, Choubaka a fini dans les égouts, du moins pour les sept prochains jours avant la prochaine repousse ; paix à son âme. Je tiens quand même à émettre une putain de doléance : lorsque mère nature a conçu notre corps, elle aurait pu prévoir une jambe rotative pour une épilation plus facile  de l’arrière de la jambe. Parce que franchement se niquer le dos pour raser l’arrière de la cuisse ce n’est pas une sinécure.  Ou alors, elle aurait dû me faire blonde ou sans poils sur les jambes. Ca me fait bien chier de descendre du singe !

 

epilation.jpg


Mais le dépoillage n’est que le début de ma torture. Maintenant, je dois faire face à ces deux jambes que j’ai ignorées depuis des mois. J’avais oublié à quel point elles sont moches. Je ne me suis pas loupée, petite, niveau cascades et chutes en séries. J’ai une sacrée collection de cicatrices et de marques en tout genre ; sans parler du bleu que je me suis faite le matin même. Et il y a cette pétasse avec ses longues jambes parfaites toutes minces qui me nargue dans ce magazine de merde posé sur ma table de nuit. Moi aussi, si tu me photoshopes je deviens une bombe de magazine. Enfin si tu prends ma tête et que tu la poses sur son corps ; sinon il y a trop de travail.


Certes, je ne peux pas faire grand-chose contre ce patchwork de cicatrices, bleus et veines apparentes, je peux, seulement, limiter l’effet peau de serpent en me tartinant de crème hydratante. Il a quand même fallut que je vérifie la date de péremption avant utilisation. La coquine elle se cachait sous une fine couche de poussière. 2013…j’ai de la marge. J’en profite pour prendre la décision de m’hydrater plus souvent, même si au fond je sais très bien que d’ici une semaine, le tube finira au fond de mon tiroir. De toute façon, elle n’est pas vraiment terrible cette crème, elle m’oblige à toucher mes jambes pour l’étaler.


C’est à ce moment que j’ai réalisé que au bout de mes deux protubérances jambiales il y a mes pieds. Eux aussi je les ai enfouis dans des chaussures tout l’hiver, sans vraiment y prêter attention. Et ils tirent la tronche. A vrai dire, je ne suis pas d’humeur à m’en occuper. Alors, je décide de les cacher une fois de plus ; les sandales ce n’est pas pour aujourd’hui. Tant pis je vais transpirer pieds nus dans ma paire de chaussures en cuir. Et je suis tellement vicieuse (ou conne) que je ne vais même pas penser à ma semelle anti-transpiration et odeurs nauséabondes.


J’enfile une culotte trop grande qui va jouer toute la journée avec mes nerfs : vais-je la retrouver à mes chevilles ? Heureusement, elle n’est pas trop moche.  Plus un soutif digne de ma grand-mère et qui dépasse légèrement du décolleté vertigineux de ma robe adorée. Car si je suis passée par toutes ces étapes, cette souffrance, c’est pour ressentir le plaisir de porter ce bout de tissu qui m’a nargué tout l’hiver. Elle a un sacré pouvoir cette robe, dès qu’elle m’habille, j’oublie toutes ces cicatrices, ces marques, ces jambes que je ne trouve pas assez ceci ou trop cela, pour tout simplement me trouver mignonne.


Malheureusement, elle n’agit pas sur cette chaussure gauche qui frotte sur mon talon et me procure irritante douleur…Il va falloir que j’investisse dans les pansements et un stock de rasoirs ; les joies de l’été.

 

Sarah.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Je raconte ma vie.com

Commenter cet article

antoine 09/05/2011 22:24



Bonsoir.


Je vois que ton article sur ton expérience en tant que au pair date un peu mais j'aimerai tout de même prendre contact avec toi. Juste pour quelques questions parceque vois-tu, j'ai reçu ce
fameux appel de Oliver Twist et demain la famille m'appel, tu ne peux pas imaginer comme je suis angoissée. Je me sens complètement seule face à ça car j'ai un niveau d'anglais médiocre. Autant à
ma compréhension écrite est bonne grace au lycée autant je ne suis pas le moins du monde préparée à une conversation téléphonique. J'aimerai avoir tes conseils, tes solutions miracles, de quoi me
rassurer pour demain...
Je n'ai qu'une envie, que quelqu'un d'autre prenne l'appel pour moi :D
J'espère que tu consultes toujours tes commentaires, j'aimerai vraiment avoir de tes nouvelles très vite.

Merci.


Margaux Antoine. 18 ans.



Sarah 10/05/2011 13:17



Avoir un mauvais niveau d'anglais ce n'est pas grave. Les familles le savent bien. Je te conseille de préparer une série de questions en anglais en avance pour que tu puisses te sentir un peu
plus à l'aise. Demande leur de parler doucement et n'hésites pas à leur demander de répéter plusieurs fois si tu ne comprends pas.


Dis toi que c'est un très bonne aperçu du caractère de la famille, une famille qui au téléphone ne prend pas le temps de te répondre, ne prendra pas le temps de discuter avec toi une fois sur
place. Dans le choix de sa famille, il ne faut pas se précipiter car tu vas devoir vivre plusieurs mois avec eux.


En avance, en plus de la série de question, essayes de chercher en anglais du vocabulaire en rapport avec les enfants et ton travail de jeune fille au pair.


 


Et gardes en mémoire que si tu savais parler anglais, tu ne deviendrais jeune fille au pair.


 


Bon courage !!


 


 



linou 11/04/2011 22:33



Ah c du boulot d'être une femme! ;)



Sarah 12/04/2011 09:31



Surtout quand deux jours après il fait un temps de merde.



Audrey 10/04/2011 22:32



perso, j'ai pas encore trop de problème avec l'épilation parceque vu que les poils et moi on est pas trop potes de la life, c'est régulièrement qu'ils sont éliminer même l'hiver (et puis on sait
jamais ce qui peut se passer, j'aurais peut-être un accident de voiture, un beau pompier viendras me secourir et..... ouais bon ok je divague la !) ni avec mes jambes en général, mais les pieds
y'a souvent du boulot: limer les ongles, coup de vernis, enlever les peaux mortes et les callosités, bref glamour quand tu nous tiens :D !


sinon, on a toutes une petites robes qui nous fait oublier toutes nos imperfections, et tant mieux, moi je dis: en avril, tu peut commencer à te découvrir d'un fil :D !



Sarah 10/04/2011 22:42



Et merde, je ne suis pas une fille glamour. Pourtant, j'essaie, mais il y a cette petite voix prénomée "fénéante" qui va toujours préférer lire un bouquin, aller au ciné ou regarder une série que
de passer des heures dans une salle de bain. Certes, quand j'étais en couple, j'écoutais moins souvent fénantes, il y a des limites tout de même. Je fais une effort pour le venis et parfois les
callosités car j'ai une rape d'enfer.


Toutes à poils !!!!!



Olivier 10/04/2011 20:07



Félicitations pour ce blog qui remet les choses à leur juste place.


Amicalement



Sarah 10/04/2011 20:11



J'ai du mal à comprend quelles chose je remets à leur juste place. D'habitude, je suis plus du genre à foutre le bordel.



May 10/04/2011 20:05



Ah mais faut utiliser un épilateur (ou de la cire). Cela permet que les poils repoussent tout lentement et tout petit tout fin. 


Et tu ressembleras plus jamais à un petit ourson. Si, si ! :)



Sarah 10/04/2011 20:10



Je sais bien, mais l'épilateur ça fait mal et pour la cire je risque de mourir brûlée ou de vendre un rein pour me payer l'esthéticienne tous les mois. Un jour je m'offrirais l'épilation
définitive et je deviendrais une femme "libre". En attendant, je me transforme en choubaka tous les septs jours. Choubaka-garou.