FREDDY'S NOT DEAD (et c'est bien dommage)

Publié le par Sarah

 

19145112_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20090727_112954.jpg

 

Vincent à la critique du nouveau Freddy !

 

Beaucoup d'entre nous se souviennent de la saga du croquemitaine eighties Freddy Krueger, créé par Wes Craven en 1984 dans « Nightmare on Elm street ». Les filles se souviennent peut-être encore mieux du beau, mais trop minet à l'époque, Johnny Depp dont c'était la première apparition.

Un démarquage plutôt fun de la mode des slashers de l'époque, mais pas un chef d'oeuvre non plus.

 

Comme hollywood n'a plus trop d'idée en ce moment, les grandes icônes du fantastique sont recyclées sous couvert de « moderniser le mythe », « offrir une nouvelle lecture » ou « rendre hommage ». Bien sûr on ne parle pas du caractère opportuniste et purement mercantile de la chose, on s'autocongratule c'est tellement plus corporate. Pour une réussite comme le remake de « Massacre à la tronçonneuse », combien de purges honteuses comme AVP2 ou Hitcher.

 

Alors qu'en est-il de l'ami Freddy?

 

Je vais être clair: Comme le gros monsieur foot de la télé, j'annonce boucherie!

 

Au départ, il y a l'expertise de Michael Bay et de sa société Platinum Dunes, responsables des récents remakes des vieux classiques du genre. La réalisation du film est confiée à un certain Samuel Bayer, clippeur de son état. Ca serait bien d'ailleurs qu'on arrête de confier des projets au dernier tâcheron coupable d'un clip à la mode. C'est juste pas le même métier, mais bon...

 

19252539_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100219_110135.jpg

 

Alors ça raconte quoi ce Nightmare on Elm street 2010?

Eh bien c'est une grosse partie du problème puisque le film ne raconte rien pendant 1H30. On y découvre une bande de teenagers, à baffer mais j'y reviendrai, en proie à des insomnies tenaces. Après une introduction poussive de Freddy dans un café d'autoroute, les djeunz se rendent compte qu'ils rêvent tous d'un type avec des lames de rasoir au bout des doigts, et que ce type est capable de les tuer dans leur sommeil, d'où des répliques de haut vol comme « si tu t'endors, tu meurs ».

 

 

Le scénario prendra ensuite presque 1H15 pour nous expliquer que ce groupe d'enfants, tous issus de la même classe de maternelle, ont eu affaire au jardinier qu'on devine pédophile, le méchant Fred Krueger. Comme les scénaristes (au nombre de 2, plus 2 réécritures quand même) ont des moufles, les enfants ont préféré tout oublier. Là ce n'est plus de l'ellipse, c'est du foutage de gueule.

S'en suivra un final assez laborieux ou le Freddy se fera kicker par une pucelle en terminale L-option Arts plastiques. FIN.

Mais pas tout à fait puisque Freddy réapparaitra 4 secondes avant le générique dans un rebondissement obligatoire, nul et grillé à dix kilomètres.

 

Bon le point fort du film n'est pas son scénario, c'est pas grave il peut se rattraper ailleurs. Sauf que non.

Le ton des anciens Freddy oscillait beaucoup entre horreur pure et humour second degré, c'était même une bonne partie du charme de la série. Dans cette version ni l'un ni l'autre, mais en revanche on se prend au sérieux, ce qui achève de rendre le traitement du film ridicule.

Des meurtres gores dans ce Freddy? Bof, non pas vraiment, faudrait pas qu'on perde le classement PG13 les gars (le film n'est interdit qu'au moins de 12 ans). De l'humour alors? Non plus, ou alors il est totalement involontaire et fait suite à des dialogues incroyablement cons. D'ailleurs dans la salle où je suis allé voir le film il y avait bien plus de rires que de frissons, même dans les scènes de cauchemar.

 

19427049_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100420_034601.jpg

 

Scène déjà « culte »: Une lycéenne prend son bain, courte focale entre ses cuisses, la main de Freddy sort de l'eau du bain...réveil de l'héroïne, hilarité dans le public.

Des fesses pour appâter, mais pas trop, un angle de prise de vue graveleux, la promesse d'un meurtre sanglant, voire obscène et puis....rien. Tout le film est là.

 

Passons aussi en revue une lumière de fonctionnaire, inodore mais carrée, une bande-son que j'ai déjà oublié, le ratage total du maquillage de Freddy qui visiblement empêche toute forme d'expression, un montage qui rend prévisible l'intégralité des scènes mais sans pour autant donner du punch ou de l'efficacité ou le casting de betteraves qui peuple le film.

 

Oui, le casting est hallucinant. Que des jeunes blancs hyper propres sur eux, qui ne lâchent pas leur Ipod, roulent en New Beetle cab (une honte en soi) et surfent sur des PC Dell. Incroyable, un monde qui n'existe pas, à peine plus crédible que les séquences de cauchemar. C'est LA réussite du film, on attend vraiment qu'ils se fassent exploser, et de manière sadique si possible.

Alors, que des actrices de presque 30 ans jouent les lycéennes on commence à avoir l'habitude, mais maintenant les actrices jouant leurs mamans sont castées à 35! C'est pas crédible une seconde à l'écran et prouve que dans ce genre de production Blockbuster/grand public/film d'été, les plus de 40 ça n'existe tout simplement pas. C'est peut-être ça qui fait peur au jeune public, une Femme avec des rides.

 

19427039_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100420_033921.jpg

 

Finalement, le souvenir le plus vivace de ce Freddy restera la sensation désagréable de m'être fait soutirer 10 euros par une bande d'exécutifs cyniques. Un léger picotement anal à la rigueur.

 

Vincent.

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

Prunette 19/05/2010 11:33



Bizarrement ce genre de film ne m'attire pas. Je fais déjà suffisément de cauchemars ultra violents et sanglants (oui je sais je devrais me faire
psychanalyser) sans en plus en rajouter une couche avec pareils scénarios !


Et ce n'est pas le téléchargement qui tue le cinéma, ce sont les 10 euros que tu payes pour aller voir un navet !



Sarah 19/05/2010 12:09



Je suis très film d'horreur, et j'aimerai même en faire mon métier ! Alors, que je fais beaucoup de rêve ultra violent ! Cette nuit j'ai rêvé que des zombies m'attaquaient et je me suis
transformée en une espèce de Buffy !


Je suis tout à fait d'accord avec toi, si les places de ciné étaient moins cher, les gens iraient plus au ciné. Moi, j'ai tranché j'ai pris la carte UGC. Au fond, le ciné se porte très bien,
beaucoup de personnes y vont.