Une poupée pour combler toutes vos envies !!

Publié le par Sunny

Vous les aimez rousses, brunes, grandes, sportives, douces ou au contraire violentes, sauvages et masculines. Entrez dans l’univers de Dollhouse et choisissez votre espionne de choc, créez la plus grande chanteuse ou la meilleure amante pour vos nuits enflammées.

 

 

C’est ce que nous propose Joss Whedon (le papa de Buffy contre les vampires) dans sa nouvelle série Dollhouse.


À Los Angeles, une agence top secret propose aux puissances, et aux riches, les services de poupées qu’ils peuvent concevoir selon leurs envies. Besoin de la femme parfaite pour un week-end, d’un expert en négociation, d’un agent infiltré ou de la parfaite guerrière : signez un chèque.

Pour y parvenir, cette agence recrute de façon plus ou moins violente des personnes qui acceptent de leur laisser leur corps pendant cinq ans. Ils parviennent par un procédé technologique à séparer le corps et l’esprit.


Installez-vous dans ce grand fauteuil en aluminium, posez votre tête et fermez les yeux. L’ingénieur tapote sur son clavier et à partir de ce moment une lumière bleue vous entoure et votre esprit se retrouve dans un processeur alors que votre corps peut recevoir de nombreuses personnalités différentes. Vous devenez un actif, un doux mot pour décrire une coquille vide qu’ils remplissent selon la demande, en créant de nouvelles personnalités.


Tirée par les cheveux cette histoire ? Tout à fait, mais à partir du moment où vous suivez Lost ou Heroes, rien ne peut plus vous effrayer. Et ce n’est qu’un début !

 

Dans le premier épisode, nous rencontrons l’héroïne qui se prénomme Echo, interprétée par Eliza Dushku, le personnage de Faith dans Buffy. Echo est la coquille vide d’une certaine Caroline qui a laissé son corps à la Dollhouse. Et pendant toute la saison, Echo va accueillir de nombreuses personnalités afin de répondre à des commandes. Elle sera une spécialiste en négociation lors d’enlèvement, une choriste protectrice, une amante guerrière…

Mais, attention un agent du FBI, Paul Ballard enquête de trop près sur la Dollhouse et cela n’est pas tolérable.

 

Ce petit univers douillet va être confronté à son propre démon, à l’une de ses créatures. Une erreur s’est réalisée, un actif psychopathe, nommé Alpha, a pris la fuite en tuant la moitié du personnel et en volant de nombreuses personnalités. Il a soif de vengeance et compte bien mettre en place un plan diabolique pour s’en prendre à la Dollhouse.

 

 

 

Mon avis :

Chaque épisode est composé de trois lignes directives. Nous suivons Echo dans ses missions, l’agent Ballard dans ses enquêtes et les plans d’Alpha. Bref, il y a du rebondissement et les intrigues tiennent la route. Les personnages sont plus ou moins profonds, ils s’étoffent tout au long de la saison. Une petite préférence, pour Topher Brink, le petit génie informatique qui a inventé le procédé, très drôle avec sa « geekitude ».

Maintenant, je vous préviens, il ne s’agit pas de la série du siècle. Elle est sympathique, originale et distrayante, mais après elle ne fait pas sauter au plafond. Elle mérite un coup d’œil (voire plusieurs) tout en n’étant pas assez pointilleuse, car le scénario se permet des libertés et des incohérences. On a l’impression que les moyens ne sont pas suffisants pour mener à bien cette série. Il y a comme un goût de « on peut faire mieux ».

En même temps qui n’a pas rêvé de créer la personne parfaite pour réaliser tous nos rêves et fantasmes… Et si la Dollhouse existait ?



Sunny.

Commenter cet article

Poulpy 21/05/2009 20:44

Du coup le personnage interpréter par Eliza Dushku n'a pas vraiment de personnalité propre c'est sa?Dommage, je l'aime bien en Bad Girl dans Buffy ou Jay & Silent Bob Strike Back.